Главная | Случайная
Обратная связь

ТОР 5 статей:

Методические подходы к анализу финансового состояния предприятия

Проблема периодизации русской литературы ХХ века. Краткая характеристика второй половины ХХ века

Ценовые и неценовые факторы

Характеристика шлифовальных кругов и ее маркировка

Служебные части речи. Предлог. Союз. Частицы

КАТЕГОРИИ:






Et la monosémie




Comme on l’a vu, il existe des liens indissolubles entre la pensée humaine et la langue, entre le mot et la notion, les idées n’ayant pas d’existence propre en dehors de la langue. Chaque mot est tout d’abord porteur du sens étymologique, ou primitif. Le sens étymologique, ou primitif, du mot est souvent, dans l’état actuel de la langue, son sens essentiel. Ainsi beaucoup de mots hérités du latin populaire ont conservé leur sens primitif. Mais il arrive en bien des cas que le sens essentiel du mot ait changé au cours des siècles, son sens primitif tombant dans l’oubli. Tel est le cas des verbes partir – primitivement ' partager ', travailler – étymologiquement ' tourmenter ' , noyer – primitivement ' tuer ' ; des substantifs tête – étymologiquement 'pot' , bouche – originairement 'joue' , tige – en latin classique 'flûte' , livre – primitivement ' l’écorce d’arbre sur laquelle on écrivait '. Le mot cadeau, d’origine provençale, désignait tout d’abord la lettre capitale d’un manuscrit, puis un ornement offert aux dames, ensuite n’importe quel présent. Ainsi actuellement le sens essentiel du mot tête est son sens dérivé, tout comme pour les substantifs tige, cadeau, des verbes travailler, partir,noyer. Le sens dérivé, devenu sens essentiel, peut acquérir à son tour des acceptions secondaires, figurées. Le mot tête a reçu au cours de son développement une quantité de significations secondaires, figurées : ' esprit ' , ' intelligence ' , ' raison ', ' sang-froid ' , etc. Le sens dérivé du mot tête a complètement effacé son sens primitif.

Toutefois, le sens essentiel est habituellement caractérisé par sa stabilité, ce qui lui permet d’acquérir nombre d’acceptions secondaires, très mobiles, et de servir de base pour l’évolution sémantique des mots. Ainsi tout mot à plusieurs significations présente une unité dialectique d’éléments stables et instables.

La majeure partie des mots usuels français sont polysémiques. La polysémie, c’est la faculté d’un même mot d’avoir à une époque donnée plusieurs significations. Le mot peut être porteur à la fois de plusieurs significations puisqu’il peut désigner plusieurs objets, plusieurs faits, si ces derniers ont des traits communs. La polysémie reflète avec évidence la faculté de notre pensée de généraliser les faits de la réalité.

En français, la polysémie est particulièrement propre aux verbes et aux substantifs, ce qui s’explique par une certaine insuffisance en moyens formatifs du système flectionnel du français d’aujourd’hui en comparaison avec les langues essentiellement synthétiques. Ainsi les verbes les plus usités en français donnent des centaines de périphrases qui correspondent souvent à des verbes simples russes : prendre froid - простудиться, mettre fin à qchпокончить с чем-л., faire peur à qn - напугать кого-л. Pourtant on doit savoir distinguer d’une manière claire et nette, si dans ces périphrases, on se trouve en présence d’une autre signification ou tout simplement d’une signification identique du verbe malgré la différence des compléments ; c’est-à-dire en présence de la largeur du sens des mots. Dans les locutions verbales telles que faire le lit, faire la chambre, prendre duthé (du café, du cacao, du lait) le sens des verbes faire et prendre reste le même malgré la différence des compléments.

 




Не нашли, что искали? Воспользуйтесь поиском:

vikidalka.ru - 2015-2018 год. Все права принадлежат их авторам! Нарушение авторских прав | Нарушение персональных данных